Week-end Saou (mai 2016)

WE de l’ascension au Saoû

Organisé par Magali

 

14 rochassiers ont participé à cette sortie:

  • Xavier le copilote (sur la route et les voies) d’Elise,
  • Olivier venu pour une initiation en grandes voies (il a été servi !)et qui a appris comment faire tout rentrer dans le micro-sac d’escalade (malheureusement le pouce du pied en vrac dés jeudi soir),
  • Aurélien avec malheureusement une cheville en compote,
  • Chloé accompagnée d’un rhume et de Christophe, le maitre du strapp,
  • Monia, l’antidépresseur du groupe,
  • Magali pour la tête froide, la bidouille, reine de l’allonge dégaines,
  • Sadek avec une épaule à la convalescence fragile,
  • Delphine la discrète fidèle coéquipière de Sadek dans les couennes,
  • Gérard l’imperturbable boute en train, amateur de bon vin et de grandes voies,
  • Guillain au sourire calme qui a de très grandes jambes (pff faut le suivre !) bien efficace dans les pas morphos,
  • Antoine et Rodrigo, la cordée de randonneur…(Cf. le bêtisier)

 

Le WE en quelques chiffres clefs :

  • 2 véhicules en panne trois jours avant le départ…
  • Une bonne dizaine de tentes (variable durant le séjour).
  • 1 douche chaude un jour sur deux en fonction de la vitesse du vent.
  • 52 canettes de bière, 13 bouteilles de vin.
  • 9,5 Kg de pates diverses agrémentées de plats et sauces industriels. Pas facile de cuisiner en camping sauf pour Chloé et Christophe qui se sont mijotés des petits plats chaque soir avec une aisance déconcertante (excepté un soir un peu sombre où un « Derrière toi, triple buse !!! » a résonné dans toute la vallée).
  • 1 anniversaire.
  • 0 prise de tête.
  • Une grosse cargaison de franches rigolades.

Le Saoû c’est :

Un petit village entouré de falaises et de paysages magnifiques.

Une multitude de secteurs de couennes pour les grimpeurs « modernes ».

Des grandes voies typées montagne avec des marches d’approche destinées au cul de jatte ou parfois épuisantes (Cf le massif de la Pelle) ou paumatoires (mais surtout pour les étourdis), un équipement plus ou moins aéré d’âge variable et un rocher béton ou parfois délité (surtout si tu t’écartes du droit chemin). Mais comme disait Livanos: « il n’y a pas de mauvais rocher mais que des mauvais grimpeurs!« . Et une ambiance toujours impressionnante.

Et surtout, le Saoû c’est un calcaire gréseux hyper adhérent avec des strates de silex dans les parties « faciles » et des tétons « silexconés » plus ou moins gros dans le dur.

Les grandes voies réalisées (que du recommandable !) :

  • La Résistance par Guillain-Gérard. (pfff faut marcher pour l’atteindre en plus derrière Guillain mais ça vaut le coup).
  • Le Petit Ecolier par Magali-Olivier. pour une « initiation » grande voies ( ! Cf. le topo …).
  • Nomades’ Land par Gérard-Monia, majeur !
  • « Pacifique à Cathy » par Guillain et Magali qui a revu la remontée sur corde.
  • La Poupoune aux Choucas par Chloé-Christophe.
  • Petite Pomme par Monia-Magali-Gérard. (meilleurs que la cordée de « savoyards » qui ont eu peur des points espacés).
  • Petit Félix par Xavier-Guillain.
  • Les 4 premières longueurs de Les diamants sont éternels par Gérard-Guillain (fallait rentrer sur Paris).
  • Vitamine C par Magali-Monia.
  • Saharaoui oui par Xavier-Elise.

Le bêtisier du WE :

Le trophée du « Crétin des Alpes » revient à Gérard : Gérard dans L6 de « Nomade’s Land » part vers un clou à droite en oubliant l’avertissement d’un ancien : «  Attention, croisement de voies en haut, il faut partir à gauche. ». Du coup le 6A+ qui devait suivre se transforme en 6C (« C’est bizarre, il est dur ce 6A+ ? N’importe quoi les ouvreurs, ils mettent un + quand ils ne savent pas coter.») pour finir dans un 7B archi moche sur des micro écailles chipseuses sorti en tire clou vachement dur (« C’est bizarre, on devait avoir une fissure et on tombe sur un pilier pourri ? Encore une erreur dans le topo ! »). Dommage, il a raté les 2 dernières longueurs qui sont, parait il, exceptionnelles.

Le prix du « Blaireau de gymnase » à un collectif de 5 grimpeurs dont deux grands chefs : Ricardo et Antoine étaient partis pour faire « Le petit écolier », mais ils se trompent de parking et deviennent « les petits randonneurs étourdis ». Ils ont fait prendre l’air au matos sur les crêtes des 3 becs une bonne partie de la journée, c’est déjà ça ! Le lendemain, le groupe de 5 vaillants rochassiers se retrouve sur le bon parking. Guidés par Olivier qui avait fait la voie avec Magali, ils arrivent au pied de celle ci mais se trouvent précédés de 4 grimpeurs. Malheureusement ils ont buté au deuxième relai dans du 5 c/ 6a ! A 15h Elise la prudente exige une descente. Bon ben, vous passez du 6 à l’aise au gymnase mais il va falloir mettre un peu le nez dehors et sortir en falaise ou au viaduc de Bures pour travailler le mental.

Reportage :

Ci-joint le lien vers le compte rendu vidéo du WE :

https://www.youtube.com/watch?v=ejWTNZdKqR8

Conclusion :

On s’est bien marré, on a bien grimpé et maintenant il faut refaire la peau des doigts mis à mal par les silex.

Magali tu as eu une riche idée de nous entraîner dans ce pays de rêve. Le site est magnifique avec de multiple possibilité d’activité. Le pôle « Trail » devra se joindre à nous pour la prochaine sortie à Saoû.

Ecrit par : Petr Kuznetsov