Week-end de l’assomption 2016 au puy de Sancy

Nous étions 18 ( !) valeureux rochassiers dont 7 fous casqués dans le minibus de Mr Buchard (plus 2 démophobes en camping sauvage) pour ce long WE du 15 Aout au Puy de Sancy : Adrien, Arnaud, Cyprien, Cyrille , Elise , Eloise , Étienne , Fabrice , Fanny , Jérémy , Lucie , Magali , Maria , Nicolas , Pierre , Stéphanie , Vivien et moi même.

LesFousCasques

Les petits sites d’escalade de la Rancune, Crête de Coq et Capucin n’avaient sans doute jamais vu autant de grimpeurs. Petits sites mais escalade majeur : imaginez un rocher qui ressemble à celui de Fontainebleau mais sur 20 à 100m d’envolé avec de la dalle lisse et fourbe, des murs à gratons ou avec des bonnes prises mais éloignées, des fissures et des dièdres à n’en plus finir et des toits qui pètent les bras.

 

Nous avons commencé samedi en nous répartissant entre la Crête de Coq et la Rancune. Du moins c’était le programme au parking du buron de la Vallée de Chaudefour. Le soit disant groupe des « balezes » pour la Rancune s’est trompé de chemin et est arrivé au pied de la crête de coq où Jérémy était en train de montrer les différentes manœuvres de corde aux débutants en grandes voies. Merci Jeremy, cela à laisser le temps au 1er groupe de partir immédiatement à l’assaut de la Crête pour rejoindre la Rancune une fois au sommet. Escalade tout en finesse sur cette Créte, certains découvrant les « joies » de l’escalade en tête dans du 4+ en dalle (voire 6a très très lisse) et avec de l’air entre les clous. Mais une fois au sommet, une belle récompense nous attend avec un panorama magnifique sur la vallée de Chaudefour et la Dent de la Rancune.

 

IMAG1089

 

Dimanche, un gros paquet est parti pour grimper la dent de la Rancune et un petit groupe d’éclaireur pour le Capucin.

 

Ah la Rancune, qu’est ce qu’elle est belle et avec une escalade majeure dans tous les styles.

 

Nous avons fait :

  • La voie « Normal » : 5b en dalle tranquille (si on ne se trompe pas d’itinéraire), puis un 5c avec un pas qui a vu des arrêts sur la dégaine, et enfin un 6a où on a entendu quelques cris et des battements d’aile.
  • La « Classique » avec un 6a qui peut être bourrin en dulfer sur 30m ou en parti en dièdre élégant suivant l’expérience du grimpeur…puis un 6b avec un petit ressaut pas évident à vue. Puis une traversée bizarroïde en 5c où l’erreur d’itinéraire peu être très pénible. Et théoriquement un dernier 5c qui part bien à droite. Mais beaucoup ont préféré initier une variante « grimpeur qui ne lit pas le topo» : tout droit dans les clous au dessus …c’est un beau mur à grattons bien tentant. Un des ouvreurs qui me regardait au dessus et auquel je disais qu’il était un peu retord ce 5c m’a expliqué mon erreur et que j’étais dans un 6b mais que c’est beaucoup plus joli de terminer par là : et bien tant mieux, c’est effectivement très beau !
  • Un fada a essayé  « Pierrot Lunaire » : 6c, 6a+, 5c. Le 6c est absolument fabuleux, il faut maitriser tous les styles sur 30m : un mur avec les bonnes prises éloignées, une dalle très technique, une traversée diabolique et pour finir un toit hyper athlétique avec des quasi jetés de mains et de pieds dans toutes les directions (plus un beau vol). Un truc à savoir avant de vous lancer dans une voie au Sancy: l’auvergnat est radin aussi sur les cotations. Le 6a+ qui suit, est très spécial et ne sera jamais décoté, dixit les ouvreurs. Quant au 5c, faut pas le faire, il est envahie par le lichen.

 

Lundi nous sommes partis au Capucin au dessus du Mont-Dore. C’est une face plein nord, très agréable en été. De l’avis unanime du groupe c’est un site de couenne fabuleux avec une escalade très technique comme à Fontainebleau mais sur 30m.

 

En milieu d’après midi, un groupe de 4 traileurs (Jeremy, Vivien, Maria et Etienne) sont partis courir vers le Puy de Sancy puis sur le chemin des crêtes de la vallée de Chaudefour pour finir au camping de Voissière. C’est très joli et bien fatiguant d’après les participants.

 

Mardi, avant de rentrer sur Paris, nous avons testé le site de Saurier avec de bien belles voies et beaucoup de clous. Mais plein sud, et donc trop chaud. Et sous l’orage, le granite ça glisse. A éviter donc en plein été.

 

Le bilan de ce WE :

  • Le Puy de Sancy avec la Rancune et le Capucin est un site idéal pour un WE de 3 ou 4 jours en plein été. La Rancune à 1500m est bien ventilé et le Capucin en face nord permet de grimper sous le cagnard.
  • La baignade dans les torrents ou au lac Chambon permet de bien récupérer des efforts.
  • Les paysages sont magnifiques : c’est un peu la montagne à 450 km de Paris.

 

Mais le ROC14ien de base habitué du mur en plastique avec des prises colorées et une dégaine tous les 1,5m doit aussi s’entrainer à Bleau et en falaise pour éviter de se mettre au taquet dans des voies bien en dessous de son niveau. L’enchainement d’une voie est avant tout une question de lecture et de mentale.

 

RDV donc par exemple à la Jonte fin Octobre pour améliorer votre niveau ou perfer sur les couennes en 7 des gorges du Tarn.

Ecrit par : Petr Kuznetsov