Sortie familles dans le Lot du 6 au 13 avril 2024

C’est au gîte « les lumières du causse  » que notre séjour démarre. Laura notre organisatrice a déniché une petite perle. On se sent tout de suite très bien dans cette vieille maison aux multiples tapis, aux murs en pierre et poutres apparentes, qui sent bon le bois.

 

Perché dans le parc naturel des Causses du Quercy, un immense jardin recouvert de pâquerettes domine les prairies et quelques propriétés environnantes. Sa piscine et ses balançoires font des heureux.

Ce séjour a eu de quoi ravir petits et grands.



Des mélanges de « patouille » comme dit Gégé avec toutes les plantes et substances minérales trouvées dans le jardin ( terre, cailloux, herbes, feuilles et fleurs écrasées, le tout bien mélangé) aux jeux de baby-foot – merci à Nino et Anaïs pour leur arbitrage rigoureux- et jeux de fléchette même sans cible, un rien amuse les petits. On remercie Kaylys et Agnès pour leurs talents d’animatrices avec les enfants. Elles sont au top. Même Anaïs se déride en fin de semaine et leur fait de gros câlins.

Niveau culinaire, entre le rougail saucisse de Renaud, le tiramisu ou les tartes salées et sucrées de Vivien , le gratin dauphinois ou les soupes de Magali et le curry de thon d’Agnès, il y a du niveau dans la cuisine! On se régale.

 

Niveau grimpe (oui nous sommes quand même venus pour ça), c’est en général un beau calcaire que nos doigts ont le plaisir de palper- sauf au diedre blanc où il faut trouver les prises sous le lichens et les toiles d’araignées.

 

 


On ne compte plus les voies faites par nos vaillantes grimpeuses en herbe, Elise et Flora, très encouragées par leurs parents. Même Ninouche et Marius auront pris de la hauteur dans leurs ouistitis.



Des belles longueurs de Saint Géry au cadre bucolique très familial des sites du Liauzu ou d’Arcambal, il y en a eu pour tout le monde.

Pause culturelle : une journée plus humide nous permet de visiter le très célèbre et monumental gouffre de Padirac. Digne d’une œuvre d’art créée par la nature en plusieurs millions d’années la beauté des parois qui nous entourent nous fait oublier l’espace d’un instant les 103 mètres qui nous séparent de la surface terrestre.



Non loin de là, les peintures authentiques de la grotte de Pech Merle ont épaté les chanceux du groupe qui y sont allés.

Et si on en veut encore, les villages avoisinants, sans trop de fréquentation à cette saison, comme Rocamadour ou Saint Cirq Lapopie, valent apparemment le coup d’œil.



Les dernières journées ensoleillées de la fin de semaine nous donnent le courage de nous baigner. L’eau de la piscine étant encore plus froide que celle de la rivière du Célé, nous pensons pas loin de 12 degrés , on ne reste pas faire des longueurs. Mais on peut dire que cela vivifie ! Et les enfants sont enchantés de se mouiller.


Les bords de la rivière offrent une multitude de jeux passionnants : lancers de caillou, recherche de pierres précieuses- attention pas les bouts de verre non polis- travaux de construction dans le sable (dirigés avec grand soin par Renaud). Cela a un petit air d’été qui approche.

Vous l’aurez compris, la semaine passe bien vite et on se dit à la fin qu’on resterait bien une semaine de plus. Ou qu’on reviendra.

Vivement la prochaine sortie roc 14!


Ecrit par Eloise Malatray

Ecrit par : stéph