Raid à ski dans les Alpes Valaisannes – Du 1er au 8 mai 2022

Organisateur : Pierre-Yves Cazeaud
Encadrement : Eric Pereira, Guide de Haute Montagne
Participants :
Pierre-Yves Cazeaud
Loïc Estève
Charles Millet
Clément Robert
Maixent Genet
Tristan Fauvel

 

Les étapes

Les principales étapes

 

Jour 0 : dimanche 1er mai

 

Arrivée de Loïc, Clément, Maixent et Tristan par train à Aoste.

Charles et Pierre-Yves sont déjà sur place. Nuit à l’Alpe Rebelle, à Bionaz.

 

Préparation devant l’Alpe Rebelle

Préparation devant l’Alpe Rebelle

 

Jour 1 : lundi 2 mai

 

Prévisionnel :Lac des places de Moulin – Refuge Nacamuli – Becca Vannetta
15 km – D+ : 1743 m – D- : 612 m – 8h30

 

Petit déjeuner à 7h30, rendez-vous avec Eric à 8h. Vérification du matériel, peautage.

Depuis le barrage (2000m), nous longeons le lac artificiel des places de Moulin jusqu’aux Praz Raye (2010m).

Nous passons à proximité du refuge Prarayer et nous remontons une vallée au nord-ouest en direction La Garda (2212 m) où nous basculons en rive gauche de la Comba d’Oren.

Nous chaussons les skis vers 2240 m.
Nous continuons à remonter la Comba d’Oren et vers 2300m nous appuyons sur notre droite pour passer 50 m au-dessus du lac d’Oren et poursuivons dans le vallon jusque vers 2550 m où la pente s’accentue.

Nous passons deux raidillons successifs pour arriver au refuge Nacamuli (2830m) à 13h30.

Il fait beau et la neige est déjà bien transformée, Eric décide de ne pas faire l’ascension du Becca Vannetta.

 

Refuge Nacamuli.

Refuge Nacamuli

 

Jour 2 : mardi 03 mai

 

Prévisionnel : Refuge Nacamuli – Col du Mont Brulé – Col de Valpelline – Tête Blanche – Cabane de Bertol
16 km – D+ : 1492 m – D- : 812 m – 8h30

 

Après un réveil à 5h, nous chaussons les skis en contrebas du refuge à 6h15.

La météo est mauvaise (neige et brouillard). Du refuge Nacamuli (2830m), nous commençons une traversée à flanc en direction NE jusqu’au point 2833 m puis après une pente plus raide débouchons sur un replat à l’altitude de 3058 m permettant l’accès au col Collon (3074m – 605 800 – 89 940).

Nous descendons sur le haut glacier d’Arolla en appuyant rive droite sous la Vierge jusqu’à l’altitude 2929 m.

Nous repeautons pour monter jusqu’au pied de la pente finale du col du Mont Brulé (3100 m ) .

Nous remontons au col du Mont Brûlé que nous atteignons en crampons les skis sur le sac légèrement à droite du col.

Du col nous traversons vers le col de la Valpelline (3557m) d’abord par une descente jusqu’à l’altitude d’environ 3090 m (608 544 – 91 269) puis nous remontons au col de Valpelline (610 805 – 92 751).

Du col, nous atteignons la tête de Valpelline (3798m). Nous redescendons au col dans la poudreuse.

Puis nous nous encordons et descendons laborieusement sur le glacier du Mont Miné en gardant les peaux et remontons à la cabane Bertol (3311m) perchée sur son promontoire.

Nous laissons les skis en bas des échelles qui permettent l’accès à la cabane à 17h, après 1600m de D+.

Les gardiens nous accueillent dans une ambiance chaude (33°C dans la salle commune !). Nous sommes les seuls clients. Couchés à 21h30 pour un petit-déjeuner prévu à 5h30.

 

Col du Mont Brûlé

Col du Mont Brûlé

 

Jour 3 : mercredi 04 mai

 

Prévisionnel : Cabane de Bertol – Pic d’Oren – Cabane des Vignettes
14,5 km – D+ : 1163 m – D- : 1284 m – 7h30

 

De la cabane de Bertol, une fois n’est pas coutume, nous attaquons par une grande descente sur le glacier de Bertol jusqu’à plan Bertol (2664 m) puis après avoir traversée un système de barres rocheuses nous accédons à la partie basse du haut glacier d’Arolla (2506 m).

Nous mettons les peaux pour le remonter par sa rive gauche jusqu’à arriver à l’aplomb de la Cabane des Bouquetins situé sur la rive opposée (2826 m) et nous obliquons en direction SO vers le col de l’Evêque (3379 m) puis montons au Pic d’Oren (3471 m).

Une descente sur le glacier du Mont Collon nous emmène au col de Charmotane (3015 m ). Puis nous commençons à remonter vers le col des Vignettes en franchissant en traversée une zone plus raide permettant d’accéder à un replat (3160 m) puis au col proprement dit (3160 m) et juste derrière le col à la cabane des Vignettes (3153 m – 602 875 – 93 137).

Nous arrivons aux Vignettes à 13h45.

 

Ascension du Pic d’Oren

Ascension du Pic d’Oren

 

Jour 4 : jeudi 05 mai

 

Prévisionnel : Cabane des Vignettes – Pigne d’Arolla – La Luette – Cabane des Dix
14,5 km – D+ : 1412 m – D- : 1581 m – 7h30

 

Nous nous réveillons à 5h30, du fait du mauvais temps nous renonçons au Pigne d’Arolla.

Nous partons du refuge à 6h30 et descendons le glacier de Pièce.

Nous remontons la moraine de fond vers le SO, puis, remontons sur la moraine latérale côté ouest et la redescendons avec les peaux dans de la neige pourrie.

Nous entamons ensuite l’ascension vers le pas de Chèvres. La descente côté Ouest est équipée d’échelles.

Descendus du pas de Chèvres, nous traversons le glacier de Cheilon vers la cabane des Dix (2928 m)., que nous atteignons un peu avant 12h, ce qui nous laisse le temps d’une bonne grosse sieste.

 

Jour 5 : vendredi 6 mai

 

Prévisionnel : Cabane des Dix – Mont Blanc de Cheilon – Cabane de Chanrion
12,5 km – D+ : 1045 m – D- : 1480 m – 5h30

 

De la cabane des Dix (2928m), nous remontons le glacier de Cheilon jusqu’au col de Cheilon (3237m).

Nous basculons sur le glacier du Giétro et montons jusqu’au sommet d’hiver du Mont Blanc de Cheilon (3827 m).

Après une courte pause, nous redescendons sur le glacier du Giétro jusque vers 3300 m pour atteindre par un grand plat ascendant le col du Mont Rouge (3324 m).

Du col nous commençons à descendre sur 100 m une pente raide (35°) puis poursuivons dans le vallon jusqu’à l’altitude de 3090 m où nous entamons une traversée à flanc dans des pentes raides pour passer au-dessus du col de la Lire rose (3115m) puis nous basculons vers le glacier de Brenay que nous rejoignons vers l’altitude de 2600 m.

Nous poursuivons alors la descente jusqu’à la cabane de Chanrion (2462m) que nous atteignons vers 15h15.

Le refuge est fermé mais le gardien nous a laissé de la bonne nourriture suisse (charcuterie, bières, fromage, pain, chocolat et gâteau au chocolat !) dans le refuge d’hiver.

 

Ascension du Mont Blanc de Cheilon

Ascension du Mont Blanc de Cheilon

 

Jour 6 : samedi 7 mai

 

Prévisionnel : Cabane de Chanrion – Mont Avril – Bivouac Regondi
13 km – D+ : 1489 m – D- : 1360 m – 7h30

 

Nous partons à 6h20 de la cabane de Chanrion. Nous descendons au fond de la vallée (2244 m). Par le glacier de Fenêtre nous rejoignons la fenêtre du Durand (2797 m – 593 623 – 84 154) puis nous montons au Mont Avril (3350m) .

Du Mont Avril nous redescendons à la fenêtre de Durand (2797m) puis jusqu’aux plan du Breuil (2200 m). Nous remettons les peaux pour une remontée jusqu’au Bivouac Regondi (NON GARDÉ) (2576 m).

Nous faisons des stocks d’eau dans un lac gelé en contrebas du bivouac, que nous atteignons à 14h45 (1535m de D+).

C’est le moment que nous attendions tous, celui de la dégustation de lyophilisés.

 

Jour 7 : dimanche 8 mai

 

Prévisionnel : Bivouac Regondi – Mont Gelé – Dzovennoz
13 km – D+ : 1010 m – D- : 1816 m – 6h30

 

Après un réveil à 5h30, du bivouac Regondi (2590m) nous passons au lac de la Beseya (2513m).

Les sacs bien allégés après le dîner de la veille, nous rejoignons ce qu’il reste du glacier du Mont Gelé et par ce dernier nous atteignons le Mont Gelé (3510 m).

Nous descendons ensuite en passant la croupe sous le mont de la Balme vers 3200 m et basculons dans la vallée de Crête Sèche.

L’itinéraire devient impraticable en ski et nous déchaussons.

Nous passons près du point 2751 m puis par le refuge de Crête Sèche (2385 m) puis terminons cette descente jusqu’à la route à Rû (1695 m).

Nous suivons la route jusqu’à Dzovennoz (1570 m). Arrivée à 13h15 à Dzovennoz.

 

Arrivée à Dzovennoz

Arrivée à Dzovennoz (un km à pied, ça use les souliers)

 

Citations notables

 

“Les skis, c’est du consommable”

 

Ecrit par Pierre-Yves Cazeaud

Ecrit par : Hélène Ducornet