Sortie Orpierre : du 12 au 16 mai 2021

Mercredi 12/05

Une évacuation partielle de la gare de Lyon pour colis piégé avant le départ et un train annoncé voie 13, on aurait dû se méfier… on risquait de ne pas beaucoup grimper !

Heureusement, il en fallait plus pour décourager nos valeureux grimpeurs. Ils partirent à 12, reviendront-ils à 12 ?

Jeudi 13/05

Jeudi 13 de l’ascension n’est pas un vendredi, ça tombe bien. 

Après une nuit à l’Ibis budget de Valence Sud (matelas et oreillers à la fois fermes et confortables, nous validons), nous prenons la route d’Orpierre. 

Un ravitaillement à l’intermarché de Crest et 666 virages plus tard, nous voici au pied des voies. 

Un programme chargé nous attend 

Petits conseils sur le secteur ‘4 heures’ avec la voie “soutif”, puis commentaires après l’escalade : ‘de bonnes prises de mains’ … ‘on prend son pied’ … ‘cotation proposée 95b’ … sans oublier la surprise pour ceux qui atteignent le relais …

Si si, regardez, il y a bien des grimpeurs sur cet éperon rocheux ! (mais ils ne font pas partie de notre groupe) 

Vendredi 14/05

Il y a débat sur l’appli météo à utiliser. Qui a raison? La pluie à 15h de meteociel, l’orage de meteoblue ou le beau temps de la météo chinoise ?

Clarisse et Camille révisent les consignes de sécurité de base avant d’attaquer la paroi : « Touche moi le noeud et je te toucherai l’anneau »

Finalement le beau temps l’a emporté, faisant de cette journée la plus prolifique du séjour.

Et grâce aux moulinettes posées par Orpieryves dans une magnifique colonne haute de plus de 30m, certains participants (en tout cas une) ont pu largement exploser leurs objectifs en allant tâter du 6a.

(Pour éviter tout procès d’intention, Max ci dessus est bien évidemment en tête et bien au-delà du 6a !)

‘Heigh-ho ! Heigh-ho ! On rentre du boulot !’ (ah mince on n’est pas 7)

Samedi 15

Nous cheminons vers le secteur ‘Éternel Féminin’ sous un ciel incertain. Devant une double corde bloquant l’accès, Jérôme s’exclame : « C’est quand même pas une barrière qui va nous arrêter! ». 

Ce sera la pluie qui douchera finalement nos ambitions. 

Après une longueur pour les plus rapides, on redescend quand Florence et Pierre-Yves dégainent simultanément leurs parapluies roses. La grimpe, ça ne sera pas pour aujourd’hui.

Une partie de l’équipe rentre au camping faire des activités restées secrètes (on les soupçonne d’avoir juste fait la sieste). 

La team P (comme performance) se lance quant à elle dans une charmante randonnée sous un léger crachin. 

Un petit chemin qui serpente à flanc de montagne. 

“Ce ne sont pas 3 gouttes qui vont nous faire peur !”

Pourtant “rincés” de cette randonnée, les marcheurs se motivent pour une visite de Laragne. À l’évocation des courses à faire sur place, une partie s’échappe à l’heure du goûter en prétextant une soudaine fatigue pour aller déguster des bières dans la « roulotte » tout en admirant Catherine Destivel dans Devils Tower.

Pendant ce temps, l’équipe P (toujours comme performance), désormais réduite à 3 membres, découvre un lieu bucolique : les Gorges de la Méouge. 

Et en plus il ne pleut plus ! 

Ce soir c’est un dîner presque parfait, avec au menu :

  • camembert tatin cuit à l’étouffé aux émincés de pommes poivrées sur son lit de miel
  • Jambon patates

Dimanche 16/05

Le débat fait toujours rage sur les prévisions météo, mais cette fois-ci c’est la destination du jour qui exalte les foules. Farniente à Valence ou rando à Saou ?

Nous profitons d’une éclaircie pour nous lancer à l’assaut de la crête de la Roche Colombe.

OPYC lors d’une rando qui fait une boucle : « Ca vous dit de faire demi-tour ? »

Nos valeureux grimpeurs ont atteint la Poupoune ! (805 m) 

Une petite ambiance ‘Terre du milieu’ 

Introspection sous parapluie 

Partis vers l’ouest à la recherche de l’éclaircie, ils ne la trouvèrent finalement pas. 

Après une investigation rondement menée par Clarisse, il est désormais avéré que la malédiction de la voie 13 nous poursuit. Retard annoncé pour rupture de caténaire, l’agent ajoute « Ah oui mais vous il n’y a pas que ça comme problème, colis suspect en Gare de Nîmes » Il nous faudra patienter encore 1h10.

Heureusement, on retrouve nos copains de la sortie Saou de Roc 14, et on peut se lancer dans une compète de gainage pour passer le temps. Enfin au moins 3 minutes.

Pendant ce temps, d’autres font un dîner romantique en admirant le soleil couchant. 

Quelques pizzas, bières et une pastèque plus tard, nous voilà enfin dans le train, profitant des légendaires boîtes repas SNCF.

(certains en ont un peu abusé) 

Et pour finir sur la thématique du 13 : nous avons découvert que le tueur de ‘vendredi 13’ était parmi nous… 

(pour les moins de xx années ne connaissant pas ce film, nous consulter) 

 

Au fait, sommes-nous toujours 12?

 

Pour partager :Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Ecrit par : stéph