Compte rendu sortie Sainte Victoire

Mercredi 24 mai 2017

 

Début de long week-end !!!

 

La voiture de Stéphanie, Jacques, Marie, Fabrice part à 16h de place d’Italie. 2ème départ de Gare de Lyon vers 20h : un minibus avec Benoit, Etienne, Hava, Henri, Michaël, Vivien et Yann. Nous quitterons avec beaucoup de difficulté les bouchons de la capitale : une heure et demie pour 35 km… Le GPS nous fait visiter de petits villages, pendant que la circulation est bloquée sur l’A6. Pour respecter les habitudes, nous dînons à la très connue aire de la Chaponne, puis repartons en direction de Valence où nous attends une courte halte à l’hôtel où nous arrivons à 2h30, 2h après l’arrivée des premiers (qui ont donc eu beaucoup plus de bouchons en partant beaucoup plus tôt)!

 

Jeudi 25 mai 2017

 

Lever à 8h30 après une courte nuit ! Certains se sont levés plus tôt et sont déjà prêts à partir tandis que d’autres que nous ne nommerons pas sont encore en train de choisir entre thé et café 😉

Vers 09h00, nous nous replongeons dans notre combat de la veille : les bouchons de l’autoroute A7. Arrivés à destination, nous nous arrêtons au Carrefour de Trets où les courses du week-end sont réalisées de manière express. Tout le monde reprend la route jusqu’à Puyloubier, le plus proche village de la Sainte-Victoire, où nous retrouvons Magali au gîte de David Gorgeon.

 

Nous voilà au complet, à douze. Nous nous installons rapidement dans le gîte et nous préparons à rejoindre les voies de la Sainte-Victoire. Il est 13h30 et il fait chaud ; très chaud !! Fabrice est rapidement embrigadé par Magali, pour une grande voie en TA en face est, réputée à l’ombre !! Nous les reverrons de retour au gîte tardivement dans la soirée et affamés, après un retour à la frontale !! Pendant ce temps, le reste du groupe se dirige vers le parking des deux Aiguilles et s’étale progressivement sur les différents secteurs : Antirabique, Commandos, les Plates Dalles, Aiguille Bertine… Le premier contact avec les fameuses dalles de la Sainte est déstabilisant pour les habitués des dévers 🙂 Après 4 heures d’escalade au soleil, nous retrouvons le gîte vers 20h30 pour une (des) bonne(s) bière(s) fraîche(s) et un délicieux repas préparé par Jacques et Marie (boulettes de viande, pâtes et courgettes). On a le plaisir de voir arriver Marine qui nous rejoint accompagnée d’une bouteille de Cartagenes 🙂

 

 

Vendredi 26 mai

 

Départ matinal (7h00) pour les binômes s’attaquant aux grandes voies en TA :

  • Marie & Jacques pour Les Moussaillons : très jolie voie, la première longueur est un peu chocotante à cause de l’espacement des points, vive les coinceurs !
  • Etienne & Benoit pour Le Grand Parcours, accompagnés de Magali & Fabrice

Le reste du groupe quitte le gîte vers 9h30 en direction du parking des deux aiguilles. En arrivant au pied des voies, nous pouvons distinguer Magali, Fabrice, Etienne et Benoit. Ils ont déjà tiré quelques longueurs dans le Grand Parcours, un classique de la Sainte, globalement en arête mais empruntant également des dalles et des fissures, dont ils viendront à bout après 14 longueurs et 10 heures, avec une descente par le célèbre passage du Garagai et un sentier “sportif” semblant parfois plus engagé que la voie réalisée !!

Pendant ce temps, après quelques heures de grimpe, Vivien, Marine, Hava, Stéphanie, Michaël, Yann, Henri s’arrêtent pour pique-niquer pendant les heures chaudes, et se reposer sur des hamacs à l’ombre. Le soleil cogne dur… Vers 14h30, la température devient plus favorable et nous reprenons la grimpe.

 

Vers 20h00, tout le monde a un peu de mal à s’arrêter, car on est à la fraîche et la grimpe est vraiment agréable. Les filles ont pu se frotter aux 6a de la Sainte après la pose de moulinette d’Henri.

 

Nouvel apéro, puis dîner, avec double dose de poulet, riz, légumes et vin par personne, pour se requinquer. Une bonne discussion autour des grandes voies de la journée se met en place, ainsi qu’autour du concept très moderne “Quick & dirty”, caractérisant certains gros projets informatiques, et dont on espère qu’il n’aura pas fait proverbe lors de la pose des coinceurs….

 

 

Samedi 27 mai

 

Marie & Jacques (l’infatigable cordée), partent de nouveau très tôt : on ne les arrête plus ! Ils envisagent de faire l’arête de Genty. 9 longueurs en TA, marche d’approche nécessitant de la concentration sur la fin : si on loupe l’embranchement, on commence la redescente par le sentier marron, à l’approche de l’arête il faut contourner une épaule par au dessus (et pas par en dessous, discussion animée à ce sujet) avant de traverser une combe, et enfin, la “flèche martelée sur la paroi” indiquée sur le topo, on la voit une fois encordés et le nez dessus. Pour varier les plaisirs, Michaël choisit cette fois-ci de réaliser un trek reliant Puyloubier à la Croix de Cézanne, située sur la Sainte-Victoire.

 

Le reste du groupe part un peu plus tard découvrir la falaise de l’Ermitage. Nous choisissons d’explorer le secteur Dallapizza, portant bien son nom puisque la plupart des voies sont vraiment en… dalle. Et la dalle, c’est lisse, ça chauffe et ça transpire !! Découverte à côté des dalles d’un secteur plus vertical où Benoît et Henri enchaîne deux belles longueurs en 6(a+ ou b?) et 6a+ : Ibitrip.

 

Certains choisiront de profiter d’un verre sur la terrasse ombragée du bar du Tholonet puis direction Aix en Provence, chez Stéphanie, pour profiter d’un bain dans la piscine.

 

Globalement tous fatigués de nos précédentes journées, nous rentrons assez tôt, vers 19h00 et retrouvons Michaël rentré de son trek. Nous apprenons que Marie & Jacques ont bien fini l’arête de Genty, et toujours infatigables malgré la chaleur, ont enchaîné sur une petite randonnée sur les hauteurs de la Sainte-Victoire…

 

Dimanche 28 mai

 

Réveil matinal, rapide ménage avant de repartir sur les voies du secteur Aiguille de Bertine. Yann et Michaël répètent notamment leur enchaînement de deux longueurs sur la Dénéa Depeuf (4c puis 5a) qu’ils avaient effectué le premier jour puis Banal Song (5a). Pendant ce temps, Vivien a (re)trouvé un secteur un peu plus raide et se fait plaisir dans la Grande Lessive, un magnifique 6a et dans Un Ptit Bout d’Inconnu (6b). Marie & Jacques s’offrent un dernier enchainement de 2 longueurs dans les Plates Dalles.

 

Vers 15h nous embarquons dans nos véhicules pour affronter les bouchons lyonnais. L’arrivée sur Paris est plutôt fluide mais tardive. Nous arrivons vers 2h30 et nous savons déjà que le réveil sera difficile…

Pour partager :Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter

Ecrit par : Vincent